Portrait d'Anne-Charlotte, sage-femme tabacologue

Article le

Découvrez le témoignage d'Anne-Charlotte Veyrac, sage-femme tabacologue à la Clinique Belharra.

Portrait d'Anne-Charlotte, sage-femme tabacologue

Découvrez le témoignage d'Anne-Charlotte Veyrac, sage-femme tabacologue à la Clinique Belharra.

Depuis combien de temps travaillez-vous chez Ramsay Santé ?

J’ai intégré le groupe à mon arrivée dans la région en septembre 2015. À l’époque, la Clinique Belharra venait tout juste d’ouvrir et depuis, j’ai suivi son évolution !

Quelle est votre fonction ?

Je suis sage-femme et depuis un an, également tabacologue. J’ai souhaité me spécialiser dans cette discipline car je m’intéresse de près aux mécanismes de l’addiction. Dans le cadre de cette activité, j’accompagne des femmes enceintes ou ayant un désir de grossesse, ainsi que leur entourage, pour arrêter de fumer et éradiquer le tabac de la sphère domestique. Je reçois aussi parfois des couples en parcours PMA : la cigarette peut-être un frein à la fertilité, c’est pourquoi nous travaillons ensemble à ce niveau.

Le dernier volet de ma fonction est de coordonner les prises en charge pluridisciplinaires des patientes vulnérables (isolées ou sujettes à une maladie chronique). Elles me sont adressées par leur gynécologue ou leur sage-femme libérale et je m’occupe de mettre en place un parcours de soins complet pour les accompagner pendant leur grossesse.

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Au départ, je voulais être kinésithérapeute. Je me suis donc inscrite en fac de médecine et contre tout attente, j’ai été reçue au concours de sage-femme ! Il faut croire que le destin fait bien les choses… C’est un métier vraiment particulier et intense. Quand on est sage-femme, on est au cœur de l’intimité des couples, on est là dans les bons, comme dans les mauvais moments. Le rythme est en général soutenu mais c'est passionnant. Il est certain qu'il faut aimer le contact humain et être un peu féministe dans l'âme. Par ailleurs, il faut aussi savoir faire attention à soi pour tenir sur la longueur.  

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier / dans votre quotidien ?

Ce que j’aime, c’est que chaque garde apporte son lot de nouveautés. Au quotidien, on se sent vraiment utile. Les couples que l'on accompagne sont reconnaissants, et çà c’est extrêmement gratifiant pour nous !

Avez-vous une passion ?

J’aime beaucoup les travaux manuels : la couture, la peinture, le bricolage. Je prends plaisir à passer du temps à rénover notre maison. Mais le plus important de tout, c’est mon fils de trois ans !

Quels sont vos projets professionnels pour l’avenir ?

Je débute tout juste mon activité de tabacologue, dont je découvre chaque jour de nouveaux aspects. C’est très enrichissant ! Mais je ne suis pas fermée à la nouveauté… Je prends les choses comme elles viennent, je me laisse guider par le courant ! 

Article précédent

Reprise du travail après un cancer, un parcours du combattant ?

Après un cancer, l’idée de revenir à la vie professionnelle peut être source de craintes ou d’angoisses pour ceux qui ont dû mettre cet aspect de leur vie...

Article suivant

Témoignage de patient : "Je n’aurais jamais pensé être contaminée au Covid-19"

Arzu Erkilic, maman de 43 ans et diabétique, fait partie des personnes qui ont été atteintes par le Covid-19. Témoignage.