Dry January et problèmes d'alcool : quand la prévention passe par la sensibilisation

Article Par Ramsay Santé, le

Sensibiliser ses proches par une lettre à travers l'exercice concret du Dry January, c'est ce que propose le Centre Alcoologique Alpha (Royan) à ses patients.

Dry January et problèmes d'alcool : quand la prévention passe par la sensibilisation

Le Dry January, une occasion de sensibiliser les proches.

Chaque année en janvier, le mouvement mondial Dry January encourage un maximum de personnes à interrompre totalement leur consommation d’alcool durant tout le mois. Ce défi a été initié par l’organisation Alcohol Change UK et compte de plus en plus de participants au fil des éditions. La règle est simple : ne pas boire d’alcool à compter du 1er janvier et cela jusqu’au… 31 du mois ! Une expérience qui permet surtout de faire le point sur sa propre consommation et de retrouver la saveur des petits plaisirs du quotidien, sans alcool.

Nathalie Tricard est psychologue clinicienne au Centre alcoologique Alpha, établissement Ramsay Santé situé à Royan (Nouvelle-Aquitaine). Au sein d’une équipe pluridisciplinaire, elle prend en charge les patients atteints de différentes addictions, notamment à l’alcool. Afin de dynamiser leur parcours de soins, des initiatives et dispositifs sont régulièrement proposés, à l’image des lettres aux proches pour Dry January. Présentation. 

Une occasion de sensibiliser les proches

Si certains patients sont adressés par des professionnels de la santé ou encouragés par leurs proches à intégrer le parcours de soins du centre, tous restent volontaires au moment de leur arrivée. « Les patients sont personnellement motivés à venir et des soucis de santé peuvent également en être le moteur, explique Nathalie Tricard. Ensuite, Nous les accompagnons dans leur démarche de soins psychologiques (prises de conscience, découvrir de nouvelles habitudes…) ». 

Lorsqu’un patient est intégré dans le processus de soins du centre, ses proches peuvent éprouver certains questionnements et inquiétudes quant à l’évolution de son état psychologique. « Les proches se demandent si ce sera la dernière hospitalisation, si les comportements addictifs vont reprendre… Ce n’est pas facile à vivre pour eux non plus. À ce titre, nous avons souhaité mettre en place un exercice de transmission d’une lettre, réalisée par l’établissement et qui peut être donnée par le patient à ses proches, afin de les challenger autour de Dry January. Cela permet d’entrevoir le défi d’abstinence auquel les patients sont confrontés. » 

Prise de conscience et bénéfices remarqués

Avec ce challenge, bon nombre de participants se rendent compte que l’alcool est ancré dans le quotidien à travers de petits rituels tels que l’apéritif, le verre en terrasse avec des amis ou le verre de vin à table. « L’objectif est de sensibiliser les proches à travers l’exercice concret du Dry January. Il s’agit simplement de partager un challenge collectif et de prendre conscience des bienfaits d’un arrêt de la consommation d’alcool », précise Nathalie Tricard. 

Plus grande capacité de concentration, hygiène de vie améliorée, meilleur sommeil : au bout d’un mois, les bénéfices sont déjà perceptibles. « Pour parler aux proches, nous nous sommes inspirés de la "Lettre à la famille" du Dr Fouquet*. Celle-ci permet à l’entourage des patients de se situer vis-à-vis des comportements addictifs. Cela va également expliquer ce qu’est une addiction et que ce n’est pas de leur faute si un proche en est atteint. Dans notre lettre, en plus du défi Dry January, nous avons apporté des solutions en cas d’inquiétudes ou de besoin d’aide. » Une initiative qui a été bien accueillie par les patients et leurs proches, désormais en plein challenge du Dry January !

 

* : http://appel-arlon.net/telech/lettrealafamille.pdf

Article précédent

La 3D au service de la chirurgie orthognathique

Les défauts de positionnement de la mâchoire sont désormais pris en charge de manière ultraperfectionnée, notamment grâce à l’utilisation de la 3D.

Article suivant

Des ateliers culinaires pour partager recettes et bonne humeur

Des ateliers culinaires dédiés aux patients en soins de suite oncologique sont organisés par les diététiciennes nutritionnistes de l'Hôpital privé des...